Le crowdfunding, une économie humaine et communautaire

crowdfunding en France

Lors de l’atelier de TVT Innovation du 19 mai, Alena Siarheyeva docteur en sciences économiques, Elodie Manthé responsable R&D de la plateforme Wiseed et Pascaline Rougié ont présenté ensemble les rouages du crowdfunding. Le principe est simple : plusieurs personnes donnent des petits montants pour réaliser un projet…

Le crowdfunding est plus qu’une simple source de financement. C’est l’occasion pour les porteurs de projet de lever des fonds auprès d’une communauté tout en testant son concept et en améliorant sa communication auprès de sa cible. Les personnes ainsi touchées ne manqueront pas de faire des retours constructifs sur le produit ou le service proposé, voire de devenir ambassadrices du projet.

Contrairement à une demande de financement classique auprès des établissements bancaires, le facteur humain est tout aussi important que les retours du projet. En effet, pour une stratégie d’appel à la foule, le soutien de la communauté se fera tout autant pour un porteur de projet que pour son concept. La communication doit être à la hauteur du concept pour que les premiers soutiens deviennent des ambassadeurs du projet, qui viendront relayer les informations sur les réseaux sociaux par exemple. Il faudra jouer sur la communauté existante pour accélérer les participations, en communiquant régulièrement sur tous les canaux dont le porteur de projet dispose pour développer la visibilité de son concept ou de son produit.

Une campagne de crowdfunding peut alors venir compléter une levée de fonds plus importante auprès d’établissements bancaires car elle aura eu pour effet de diminuer les risques liés à l’innovation par un soutien de la communauté. Cette crédibilité acquise sur les plateforme de crowdfunding sera utile pour le développement de la future entreprise.

Choisir sa plateforme de crowdfunding

Pour favoriser au mieux une campagne de crowdfunding, il est indispensable de ne pas négliger le choix de la plateforme de diffusion. Il est conseillé pour les porteurs de projet de ne pas proposer un même projet sur plusieurs plateforme pour garder une certaine éthique pendant la levée des fonds.

Les différents types de levées de fonds peuvent se faire sous forme de dons avec ou sans contreparties, de prêts avec ou sans intérêt, ou de participation au capital : c’est la formule “equity”. Sur ces différents modèles, on décompte en France 70 plateformes en ligne contre seulement 2 en 2008. Certaines d’entre elles sont assez connues comme My Major Company, Ulule ou Kiss Kiss Bank Bank qui sont spécialisées sur le domaine du don, Unilend pour le prêt aux entreprises ou Wiseed sur le modèle de l’equity.

La stratégie du projet sera le premier élément à prendre en compte pour savoir quel type de financement sera privilégié entre le don avec ou sans contrepartie, la participation au capital ou le prêt. Ensuite, il faut savoir comparer les différentes caractéristiques de la plateforme : l’ audience, le taux de réussite des projets, l’accompagnement et le conseil, la transparence de la gestion sans oublier le pourcentage prélevé par la plateforme.

Crowdfunding

 

Depuis le lancement du crowdfunding, 30% des projets ont été déposés entre 2013 et 2014.  Pour les 20 380 projets déposés sur différentes plateformes, le taux de réussite varie selon le type de campagne :

  • le Don : 54% avec un montant moyen de 3 645 euros
  • le Prêt : 82% avec un montant moyen de 54 040 euros
  • l’Action (Equity) : 55% avec un montant moyen de 349 216 euros
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Soyez le premier ! on "Le crowdfunding, une économie humaine et communautaire"

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.